Les Délicieux Défauts

Les Délicieux défauts Une fille moins myope n'aurait pas confondu une ombre avec un trou, au milieu de la route, quand elle faisai...


Les Délicieux défauts

Une fille moins myope n'aurait pas confondu une ombre avec un trou, au milieu de la route, quand elle faisait du vélo, à 10 ans, et elle ne se serait pas écorché le visage.

Une fille moins fière n'aurait pas dit: « Non ça va, même pas mal !» en se relevant, le visage en sang, pour épater le voisin mignon et elle n'aurait probablement pas refusé qu'on l'emmène à l'hôpital pour lui faire des points de suture.

Une fille avec une vie sentimentale moins désastreuse n'aurait pas accepté, 15 ans plus tard, d'aller au restaurant, après s'être inscrite sur un site de rencontre. Tout ça pour finir avec un inconnu, dont le seul point commun est de vivre dans la même ville. Ca, et aussi le fait d'être légèrement désespéré.

Une fille moins peureuse n'aurait pas dû dévaliser une boutique de lingerie pour se mettre en confiance, se trouver désirable, sexy. Un peu. Tout en se jurant qu'il ne verrait rien de tout ça. Tout en espérant qu'il en ait envie. Un peu.

Une fille moins ronde ne serait pas restée coincée dans un corset, les bras en l'air et les épaules saucissonnées dans de la dentelle, à deux doigts de l'asphyxie. Un fou rire avec la vendeuse et une nouvelle amie.

Une fille qui aurait plus confiance en elle passerait sûrement moins de temps à essayer de se faire belle. Du moins, elle n'aurait pas commencé à se maquiller trois heures avant l'heure de son rendez-vous.

Une fille moins nerveuse n'aurait sûrement pas débouché une bouteille de rouge pour se détendre.

Une fille avec plus de caractère n'aurait pas dit : « Mais oui, bien sûr, je comprends, c'est pas grave... non, non, je ne m'étais pas déjà préparée », en retirant maladroitement ses escarpins, quand l'inconnu à appeler pour dire qu'il ne viendrait finalement pas.
« Je suis allée chez l'esthéticienne pour toi, connard ! »

Une fille moins pathétique ne se serait sûrement pas laissée tomber lourdement sur le canapé. Mains écrasées sous les cuisses, robe froissée, collant filé, mascara coulé.

Une fille plus forte ne l'aurait pas pris personnellement. « Il ne m'a même pas vu, mais il a déjà trouvé mieux... »

Une fille moins désespérée n'aurait pas appelé sa nouvelle amie en pleurant. « Je suis nuuule, je sais pas quoi faire !  En plus j'avais mis ma plus belle robe... ».

Une fille moins influençable n'aurait pas accepté de sortir quand même, entre filles, se vider la tête en remplissant des verres.

Une fille plus posée se serait changée avant d'aller écouter de la musique dans un petit bar au coin de la rue. Clac-clac, talons aiguilles, robe de soirée et guitare électrique.

Une fille avec un meilleur sens de l'orientation ne se serait pas trompée de bar.
« T'es où ? Je te vois pas ? »

Une fille plus intelligente n'aurait pas décidé de rester quand même, malgré le mauvais karma. « Laisse tomber, je vais me débrouiller, je vais rester ici, désolée de t'avoir dérangée !»

Une fille plus sage n'aurait pas bu ce verre offert. Une Guinness, accoudée sur le zinc .

Une fille qui sait se tenir ne se serait pas retrouvée avec une moustache de mousse blonde.
« Je crois que vous avez un petit quelque chose, juste là !»

Une fille plus digne n'aurait pas tout raconté à cet homme, les sites de rencontre, la préparation, le lapin...Tout ! « Tu sais que je suis allée chez l'esthéticienne pour un type que je n'ai même jamais vu... et vous, les mecs, vous avez pas idée à quel point c'est douloureux ! »

Une fille avec plus d'aplomb n'aurait pas rougi quand il lui a effleuré la joue du bout du doigts. « C'est marrant cette cicatrice, ça te fait une petite fossette, un sourire en coin permanent, comme si tu voyais des choses que personne ne voit. »

Une fille moins frivole ne l'aurait pas trouvé intéressant.

Une fille moins gourmande n'aurait pas avoué sa faim, à la fermeture du bar, au milieu de la nuit. « Putain, j'ai envie d'une pizza... Tu veux pas une pizza, toi ? »

Une fille plus classe n'aurait pas enlever ses chaussures pour jouer à l'équilibriste sur le bord du trottoir, sur la pointe des pieds, à la recherche d'une brasserie encore ouverte.

Une fille avec la tête sur les épaules n'aurait pas donné son numéro après seulement quelques mots échangés, quelques heures partagées. Texto envoyé, éméchée, avant de se coucher.
« J'ai passé une très bonne soirée. »

Une fille plus sensée n'aurait pas proposé une deuxième rencontre, un vrai premier rendez-vous, le jour suivant.

« Tu sais, je ne suis pas une fille parfaite.
- Je t'ai vu danser, pieds nus, à 2h du mat dans une pizzeria : je sais que t'es pas parfaite.
- J'avais oublié ce passage... J'ai une mémoire très sélective, tu peux ajouter ça à la liste de mes innombrables qualités.
- Tu n'es pas parfaite, mais tu es plus que ça. C'est à tes défauts que je sais qui tu es, c'est à tes défauts que je te reconnais. »

Une fille moins gênée ne se serait pas mordu les lèvres comme seule réponse.

Un homme autre que cet homme-là n'aurait pas trouvé ça irrésistible.

Et un homme, plus sûr de lui, n'aurait pas pris la peine de lui murmurer « Est-ce que je peux t'embrasser ? »

Une fille moins sensible n'aurait pas senti son cœur se mettre à cogner un peu plus fort que d'habitude.

Une fille moins folle ne serait pas tombée amoureuse d'un ancien parfait inconnu.




Une fille moins rêveuse ne serait pas rentrée chez elle, le pas léger, en souriant doucement.
Elle ne se serait pas surprise à fredonner dans l'ascenseur.
Elle ne se serait pas dit que, finalement, elle en mieux, ça ne serait pas vraiment elle. Et que sans ses défauts qui la différencient, elle n'aurait pas besoin des autres. Tous ces autres, ces gens insupportables qui ont, au moins, tout autant de défauts qu'elle, ces gens qui la complètent, qui la font rire, qui font la vie, avec leurs délicieux défauts.


Vous pourriez aussi aimer

6 commentaires