Et mes poils, tu les aimes mes poils?

En matière de poils aux pattes, j'avais l'habitude d'être monomaniaque. Aller chez l'esthéticienne toutes les deux ou trois...

En matière de poils aux pattes, j'avais l'habitude d'être monomaniaque. Aller chez l'esthéticienne toutes les deux ou trois semaines, flipper au premier petit poilinou qui pointe son nez, préférant portant des collants ou un jean sous 40° que les laisser à l'air, à la vue de tous -oh mon dieu-, même si, soyons clairs, mes jambes se situant à 1m-1,50m des yeux des gens -ces fameuses personnes devant lesquelles ils fallaient toujours être parfaites- il était quand même peu probable que ça soit visible. Et puis même? Qu'est-ce que ça aurait fait? Honnêtement, pour moi, ça aurait été la fin du monde.

Et puis, je ne suis mise à porter des jupes. Tous les jours. Début de l'auto-promo.Pour voir ça, il y a la page facebook Une année en jupe. Pour savoir pourquoi, il y a cet article. Fin de l'auto-promo. Et je me suis aperçue que c'était tout simplement impossible d'avoir les jambes parfaitement lisses tous les jours de l'année. Et que c'était pas une raison pour cacher mes jambes.

Et c'est pas une blonde aux poils invisibles qui vous parlent. Je suis brune, très brune, avec du sang espagnol. Avec une peau claire, très claire, genre Blanche-neige. Faites confiance à mes poils pour être bien présents.



J'en avais marre. Cet été, nous sommes donc sortis, mes poils et moi, la tête haute, dans la rue, à la vue de tous. On s'est même assis, à la terrasse de café et ont s'est frottés à quelques personnes qui ont trouvé malin de nous faire remarquer qu'il était temps de passer par la case épilation. Parce qu'il y a quand même eu des gens pour me faire la réflexion. Et au final, je me suis rendue compte que face à tant de stupidité, ce n'était pas à moi d'être gênée. 
Et pas de chance pour eux, maintenant, je pique!

 A la phrase "Hey mais t'as des poils!", il y a plusieurs réponses possibles:

"Toi aussi, non? Tu veux qu'on compare qui a les plus longs?"

"Oui je sais, je les ai collés un par un, c'était un peu long mais valait le coup, tu trouves pas?"

"Je crois que j'en ai aussi sous les bras, tu veux les voir?"

"Et encore ça, c'est rien, si tu voyais mes couilles!"

"C'est un phénomène qui apparait à l'adolescence, la puberté tout ça, tes parents ont dû t'en parler, non? Ou tu veux que je t'explique?"

"Oui je sais, c'est dingue non? Tout ce temps que j'ai perdu à m'épiler en pensant être foudroyée si je sortais avec mes poils. Alors qu'en fait, il se passe absolument rien. A part cette conversation très intéressante que j'ai le plaisir d'avec toi bien sûr."


J'ai pas totalement renoncé à m'épiler, je vais juste chez l'esthéticienne quand j'y pense, quand j'ai le temps, quand j'ai l'argent. Et surtout quand j'en ai envie.


Vous pourriez aussi aimer

9 commentaires

  1. ahahah!! "Et encore ça, c'est rien, si tu voyais mes couilles!" joe la classe, j'adore!

    RépondreSupprimer
  2. "Et encore ça, c'est rien, si tu voyais mes couilles!"

    HAHAHAHAHAHAHA

    JE TE JURE QUE JE SORTIRAIS CETTE PHRASE TRES PROCHAINEMENT !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca a fait son petit effet! Tu me raconteras ;-)

      Supprimer
  3. Hahahaha ! J'adore les répliques, je vais les apprendre par coeur. :) Et puis d'abord, les cheveux on trouve ça joli. Pourquoi pas les poils ? Ce sont juste des cheveux plus courts et à un endroit différent. J'vois pas le problème !

    RépondreSupprimer
  4. Dictature de la peau lisse !

    Hier j'ai voulu m'épiler les AISSELLES pour ressembler à cette superbe brésilienne que j'ai croisé l'autre jour avec des aisselles de spots TV - mais je m'égare.

    J'ai couiné comme un furet, ça m'a fait saigné et y'a que le tiers des poils qui s'est barré. Idée de merde.

    RépondreSupprimer
  5. j'adore ta derniere proposition de réponse, car ca colle parfaitement à ce que je pourrais répondre sans paraitre gentiement effrontée.

    Si j'osais, je répondrais également : "Je crois que j'en ai aussi sous les bras, tu veux les voir?"

    RépondreSupprimer
  6. voilà qui va m'aider pour répondre à ma 4 ans qui remarque dés que le moindre poil fait son apparition. Je vis sous les tropiques... et ici, les poils, c'est comme les kilos... difficile de les cacher... maintenant, je saurai comment fermer la bouche des chineurs ( et de ma 4 ans). :)

    RépondreSupprimer
  7. J'adore ton article, plein de vérité et d'humour :)
    La prochaine fois qu'on me sort cette phrase, je penserais à sortir une de tes répliques au lieu d’ignorer la remarque :)

    RépondreSupprimer