Ceci n'est pas une épitaphe

Ceci n'est pas une épitaphe, mais... quand je n'aurai plus soif, quand je n'aurai plus faim, quand il n'y aura plus...

Ceci n'est pas une épitaphe,
mais...
quand je n'aurai plus soif,
quand je n'aurai plus faim,
quand il n'y aura plus rien,
quand tu ne seras plus roi,
quand il ne restera que moi,
quand il n'y aura plus aucun doute,
quand les dernières gouttes,
les larmes sur mon visage et le fond des bouteilles,
quand tout se sera évaporé,
comme un rêve au réveil,
j'espère qu'il me restera quelques jours à vivre.
"A quoi bon?" tu vas dire.
"A quoi bon...", je soupire.
Juste pour me souvenir
que je t'ai tant aimé.


Vous pourriez aussi aimer

6 commentaires

  1. C'est très beau... sobre et beau... (si je suis me permettre, quand je n'aurai plus soif, c'est du futur... en tant que psychorigide de l'orthographe, je ne peux pas m'en empêcher ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais permets-toi, permets-toi! C'est corrigé! Merci :-)

      Supprimer
  2. Y'a encore du changement dans la déco du blog... J'adooore !!! :)

    RépondreSupprimer